Les méchants ont besoin de vous

grifters372Jim Thompson n’a pas besoin d’intrigue pour nous ligoter. Pour un auteur de romans noirs, ce n’est  tout de même pas rien. Pas d’enquête, pas même d’ennemi à buter, pas de vengeance. Il y a bien un fil narratif : c’est l’histoire d’un mec qui vit de petites arnaques, et qui essaie d’éviter de se faire emmerder par sa mère, parce que, tu comprends, elle lui en a fait voir quand il était petit. Bon, a priori, même si ses « coups » peuvent provoquer une réaction violente chez ses pigeons (surtout s’ils se trimballent avec une batte), on ne voit pas trop ce qu’il pourrait y avoir de puissamment stupéfiant là-dedans. En fait, comme un dramaturge, disons Strindberg, il lui suffit de mettre en présence quatre personnages au potentiel explosif, et de laisser advenir ce qu’on ne peut pas empêcher.

Pas besoin d’attribuer un ennemi bien identifié aux personnages. Ils s’en porteraient pourtant mieux, ils verraient mieux d’où viennent les coups, pourraient éventuellement essayer de les esquiver. Les personnages  ne se distinguent – à la limite – que par leur sexe : les hommes, arnaqueurs violents libidineux menteurs cyniques bref impulsifs sans foi ni loi, et  les femmes, salopes manipulatrices brutales menteuses cyniques sans foi ni loi. Et Dieu dans tout ça ? Il n’a pas eu besoin de cette hypothèse ou, plus probablement, on retrouvera un jour son cadavre, perforé, dans la benne à ordure d’une ruelle de L.A. Pas besoin de gentils. S’il en reste un qui se planque dans un coin, je lui conseille de se barrer, car sa vertu ne le protègera de rien. Non, ça, au moins, c’est sûr. Car en réalité on finit toujours par en trouver un,  un innocent, et cette découverte est toujours surprenante, émouvante même : comment une chose si délicate a-t-elle pu naître dans ce monde ? Serait-il juste de la laisser survivre au milieu de ces brutes ?

Le sidérant est que même s’ils paraissent être les pires raclures de bidet de l’univers, ses personnages n’en sont pas moins (presque) touchants. Parce qu’ils se demandent pourquoi ils en sont arrivés là (même si les descriptions psychologiques ne sont sûrement pas le fort de Thompson), parce qu’ils savent que quelque part, et pas loin, se trouve un mec – ou une femme – moins sensible qui leur plantera une lame entre deux vertèbres, ou encore qu’une de leurs propres pulsions finira par leur faire la peau. Qu’il s’agisse d’arnaqueurs (dans le roman qui porte leur nom), de flics tueurs (1275 Âmes), d’exécuteurs (Nuit de fureur), de psychopathes (The Killer Inside Me), on finit par s’attacher à ces personnages qui vivent dans une précarité absolue, mortelle et, même si certains d’entre eux sont des démons, on voudrait les aider.

[la photo est extraite de l’adaptation des Arnaqueurs par Stephen Frears – j’aurais aussi pu choisir Jessica Alba en prostituée dans The Killer inside me, mais bon, j’avais peur de trop secouer quelques uns des vieillards qui passent par ici. A+]

Publicités

5 Responses to “Les méchants ont besoin de vous”


  1. 1 Bartleby 25/05/2009 à 21:34

    Beau papier. Je souscrits à tout ce que tu dis (et ça m’ennuie suffisamment comme ça…). Les personnages de JT sont terriblement humains, quoi qu’ils fassent.

    PS : Les vieillards ? Tu parles de G@rp ?

  2. 2 Untel 26/05/2009 à 08:29

    Terriblement humains, sans doute, juste un peu plus enclins que les autres au crime et à l’autodestruction.
    Je n’avais personne de particulier en tête. J’espère, cher et honorable Monsieur Bart, que vous ne l’avez pas pris pour vous. Bien respectueusement

  3. 3 Manu 26/05/2009 à 10:00

    Pas grand chose à dire de plus… Encore un auteur à découvrir.
    Merci, Untel.

    PS : à ce propos, je vais bientôt commencer la lecture du « Saule » de Selby, que tu m’avais chaudement conseillé… Je ne manquerai pas de te dire ce que j’en pense.

  4. 4 Untel 26/05/2009 à 12:10

    Pour commencer avec Thompson, je te conseille Nuit de Fureur. Le Saule est une valeur sûre, j’ai hâte de lire ce que tu en penseras.

  5. 5 g@rp 26/05/2009 à 18:21

    Et allez, encore un auteur qui vient allonger la liste des « à lire absolument ».
    Mais bon, merci pour les conseils, Untel.
    PS : Bart, en matière de vieillards, on forme un club, toi & moi. Aurais-tu oublié ? Allez, tes cachets pour la mémoire. Et plus vite que ça ! (niark niark)
    Sinon, perso, j’ai rien contre Jessica Alba, vu qu’elle a tout pour.
    Untel ? Secoue-moi, please.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




RSS Fric-Frac Club en fusion

  • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.

%d blogueurs aiment cette page :