Archive pour juin 2008

Jesus Video

On retrouve la notice d’une caméra qui n’est pas encore sortie dans le commerce dans une tombe inviolée depuis deux mille ans, en Palestine. Et qu’est-ce qui se passait il y a deux mille ans, en Palestine ? Bref, on en déduit qu’il y a eu voyage dans le temps, un type qui avait envoie de voir tout ça de plus près. Et on poursuit la déduction : on est en train de lire un livre de science-fiction. Ça se tient. D’ailleurs on l’a bien cherché, puisqu’on ne pouvait faire abstraction du titre racoleur et un peu minable, de la quatrième de couverture ou pire, comme c’est mon cas, parce qu’on avait déjà fouiné dans le territoire de cet auteur de science-fiction allemande (obligé d’admettre que ça existe en réalité). Seulement voilà on fait appel à un auteur de science-fiction pour résoudre l’énigme : comment cette caméra a-t-elle pu arriver là. Comment trouver une explication plausible, réaliste, à cette étrangeté ? C’est bien le boulot d’un auteur de science-fiction, non ? Le problème c’est que l’auteur en question ne croit pas du tout à la possibilité des voyages dans le temps, et que s’il pond effectivement des raisonnements à n’en plus finir, ils ne vont pas forcément dans le bon sens. Alors on m’aurait menti ? Et je me mets, avec le personnage, à chercher où l’auteur (le vrai) peut bien chercher à m’emmener). Bref encore une fois on m’a trompé et on m’oblige à me triturer les trois méninges qui me restent ? C’est cruel. Surtout qu’à part ça le roman pourrait très bien être un best seller : une intrigue religioso-métaphysico-policière, avec un vrai patron américain et imposant dedans. Il y a même une histoire d’amour, entre, comme il ce doit, un jeune homme super brillant et une jeune femme dont la beauté me couperait certainement le souffle (tu vois le genre – comment faire un bon livre avec des machins pareils ?). Bref qu’est-ce que je fais là, et pourquoi je ne peux pas sortir, pourquoi je ne veux pas sortir ? Moi je passais juste par là, me taper un petit bouquin de SF (allemand il est vrai) et me voilà purement et simplement aspirer dans un frileur (c’est ce qu’annonce la quatrième de couverture) dont je ne peux pas me libérer même s’il pèse 600 pages et que mon patron (cette pourriture) m’oblige à me trimbaler chargé pire que la mule que je suis en réalité. En le lisant me reviens à l’esprit ma lecture de Shining, qui m’avait avait pris possession de mon esprit au grand damne de mon patron d’alors, qui m’ordonnais de laisser ça et de tondre la putain de pelouse – désolé pour ce souvenir miteux). Il m’énerve ce suspense (une torture), cette façon de toujours tourner autour du pot d’écrire pour ne rien dire et tout promettre mais putain c’est bon.

En lisant Jesus Video, de Andreas Eschbach.

Publicités

Albert Cossery est mort

Je ne peux pas ne pas m’associer aux milliards de lecteurs de Cossery qui pleurent sa mort, avec tout de même, comme il se doit, un sourire aux lèvres en repensant à ses romans, des romans qui invitent à la révolte par l’inaction et la dérision. Allez, un petit extrait du Complot de saltimbanques:

« Il n’est pas possible qu’ils manquent à ce point d’ambition. L’un d’eux, d’une famille fort honorable, revient de l’étranger où il a fait des études qui ont duré six ans. Tu ne vas pas prétendre qu’il a perdu six ans pour avoir un diplôme s’il n’avait aucune ambition!
-Je crois que même s’il en avait une, il l’a maintenant abandonnée. Tout son comportement démontre le contraire d’un ambitieux.
-Comment peux-tu le savoir?
-A l’air serein avec lequel il regarde les choses les plus viles. Il y a de l’amour dans son regard.
-Ce regard est ce qu’il y a de plus pernicieux, affirma Hillali. C’est le regard même de la révolte! »

A lire avant toute chose, et toutes affaires à la con cessantes : les excellents Fainéants dans la vallée fertile et les superbes Mendiants et orgueuilleux.


RSS Fric-Frac Club en fusion

  • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.