Citation de Kraus

« [L’humanité] reste pour toujours liée à la puissance qui extirpe d’elle son imagination, comme elle le fait avec les forêts qu’elle utilise pour la production du papier sur lequel elle parvient à ce résultat, pour lui offrir à la place de cela toutes sortes de succédanés savoureux. Grâce à la technique de l’imprimerie, par laquelle elle lui livre tout prêt à domicile ce qui, dans les valeurs éternelles, lui est nécessaire pour décorer son logis, dispensée de tout effort intellectuel, habituée, pour toute perte subie en matière de représentation vivante, à être dédommagée en clichés, elle a par conséquent dû réussir cette dernière épreuve sanglante par laquelle une vie dont les réalités ont été mises hors circuit se transforme en mort, cette vengeance des éléments dans une civilisation qui a travesti mensongèrement la surface de tout ce qui est en ornements. Mais, étant donné qu’une humanité qui a été bousillée par le progrès en marche n’apprend rien elle-même de son déclin, parce qu’il est seulement une expérience vécue et non une expression toute faite, elle met encore hors circuit la réalité de la famine, et nous apprenons, dans l’horrible tragédie d’une communauté rabaissée au rang de matériel humain, qu’à présent elle avance en chancelant également sans la représentation de son malheur, ne sent rien jusqu’à ce que l’on touche sa propre peau, ne perçoit dans la règle que l’exception, ne reconnaît son semblable que sous le concept de son propre personnage principal, ne réagit à la perte de son voisin que comme aux fluctuations de la chance et de la malchance, et se fait l’effet d’être déjà altruiste quand elle ne tire pas un profit usurier de la misère, ne fait que s’isoler complètement d’elle. Nous expérimentons, le regard figé, le fait qu’elle vit la mort des autres comme nouvelle journalistique et reproche le plus petit sacrifice personnel à ceux qui ont le courage de gouverner un champ de morts, sans avoir le pouvoir de le métamorphoser en un paradis. »

Karl Kraus, Pain et mensonge, cité dans Satire et prophétie : les voix de Karl Kraus, de Jacques Bouveresse (p 89-90)

Publicités

0 Responses to “Citation de Kraus”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




RSS Fric-Frac Club en fusion

  • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.

%d blogueurs aiment cette page :