Trains étroitement surveillés, Bohumil Hrabal

Il me fallait un truc euphorisant alors je me pris un Cossery, puis un Chevillard. C’était assez efficace, mais leurs effets s’évanouissaient trop rapidement. Alors, pensant qu’il me fallait quelque chose de plus costaud, je prenai un bouquin de William Gaddis, plein de promesses. Seulement l’effet d’un Gaddis s’apprécie dans la durée de la lecture, je suppose, et il me fallait un truc à s’injecter direct, alors je me suis souvenu de Hrabal. Je me précipitai chez mon fourgue de la rue du Moulin vert.

Trains étroitement surveillés est un très court roman. L’histoire est racontée par un jeune homme, le stagiaire d’une gare de la province Tchèque, qui vient de tenter de se tuer. C’est donc l’histoire d’une gare Tchèque en 1945, moment de grandes manoeuvres, pendant lequel passent les trains allemands, chargés d’armes d’un côté, de blessés de l’autre. C’est l’histoire des 3 types qui travaillent dans cette gare, le narrateur, le sous-chef qui passe le temps à contempler la croupe des passantes et à leur tamponner les fesses (« Voilà nos jeunes, notre espoir. Ils vont se battre pour l’Europe libre. Et ici, que faites-vous pendant ce temps? Vous tamponnez le derrière de la télégraphiste! » constate, amer, un supérieur à la botte des nazis), et le chef, éleveur de pigeons à l’uniforme maculé de fientes et à l’air indigné. Le narrateur mélange souvenirs, rêves et compte-rendu sans trop d’ordre, comme ça lui vient, ce qui lui permet d’accoler les moments comiques à ceux qui risquent de lui être fatals, les sourires sensuels et la gravité de la mort et de la cruauté. Comment se comportent les gens simples (nous) pendant que le destin historique bascule, que les partisans attaquent les trains allemands, déjà ralentis par certains qui ne font pas preuve d’un zèle particulier pour laisser passer les chargements d’armement? En gros et sans oublier l’ironie qui ne s’épargne pas soi-même, et l’écriture nonchalante qui ne s’interdit rien.

Son oeuvre est une succession de courts romans, de quoi tenir quelques jours.

Publicités

0 Responses to “Trains étroitement surveillés, Bohumil Hrabal”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




RSS Fric-Frac Club en fusion

  • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.

%d blogueurs aiment cette page :