Public Burning/ Le Bûcher de Times Square, de Coover

Il y a plusieurs mois que j’ai lu Le Bûcher de Times Square. Il m’accompagne toujours.

C’est un livre de 590 pages, qui raconte une histoire se déroulant sur trois jours : les trois jours qui conduisent à l’exécution des époux Rosenberg, accusés d’espionnage pour le compte des soviétiques. Ils seront exécutés sur Times Square, dans un grand show sons et lumière, célébration de la victoire de l’Amérique, de la Justice, sur les forces des Ténèbres. Car le cours du monde est l’histoire du combat des forces obscures du Spectre et celles des forces de la Lumière, autrement dit les forces de l’Oncle Sam, pas vrai? C’est du moins ce qu’on raconte.

Le livre parle de la mise en scène de l’histoire, celle des pouvoirs politiques, qui jouent leur rôle d’incarnations des forces véritables, immuables, ou celle des journaux, mise en scène dont l’évident mensonge n’a que rarement été plus flagrant, c’est ce que suggère Coover, que dans le cas de ce procès. Car peu importe la culpabilité ou l’innocence des Rosenberg, qui ne jouent pas tout à fait le rôle qu’on attend d’eux (il suffirait qu’ils avouent pour éviter l’exécution), mais qui en sont d’autant plus dramatiques et propre au spectacle,l’important est de mettre un coup sur la truffe du Spectre et des forces invisibles qui lui obéissent.

Cependant, pendant 3 jours « Dieu s’égare et perd la main ». Un juge de la Cour Suprême suspend l’exécution de la sentence, risquant ainsi de laisser s’engouffrer les forces des ténèbres.

Les personnages de ce roman sont notamment les Rosenberg, superbes dans leurs rôles tragiques et Nixon, future incarnation de l’Oncle Sam, en plein apprentissage de son rôle. Sa conviction vacille, lorsqu’il regarde de trop près le dossier d’accusation, qu’il tombe sous le charme de la femme, ou qu’il se met à s’étonner de parallèles entre sa propre vie et le parcours des accusés. De quoi écrire quelques scènes d’opéra.

Car l’écriture de Coover, comme d’habitude, est jubilatoire et foisonnante : pas de phrase qui ne comporte quelque image étonnante ou quelque blague ou quelque jeu verbal analogie ou que sais-je. Comme d’habitude, les personnages du roman se débattent avec leur statut d’être pris dans une fiction qui ne leur appartient pas. L’intérêt de ce bouquin-ci, on l’aura compris, est de souligner l’importance des mythes américains, la puissance de la pensée manichéenne, et les tourne largement en dérision (la scène la plus célèbre du livre et bon, j’en parle parce que c’est une bonne blague, mais pas parce qu’il n’y a que çà à mémoriser, bref ce passage c’est le moment où Nixon, Tricky Dick le politicien professionnel que rien n’arrête, cède à son Destin, reconnaît la Nécessité de l’exécution, et se fait enculer par l’Oncle Sam). La puissance de la fiction. Le problème bien sûr, c’est que c’est largement tragique et, bien sûr, que ces mythes continuent de tramer l’histoire américaine, puisque certains croient en leur réalité, en leur pouvoir d’explication de l’histoire, ou de justification de comportements cyniques.

Peu d’oeuvres de Coover sont aussi profondes.

Publié au Seuil. (on regrette peut-être, on s’étonne en tout cas, que la traduction ait laissé de côté au moins un passage de l’oeuvre, peut-être trop « américain », un dialogue entre Nixon et un chauffeur de taxi, portant sur ce sport étrange, le base ball. Un passage qui souligne encore le côté populiste de l’attitude de Nixon avec les gens du peuple, si je ne m’abuse).

Publicités

2 Responses to “Public Burning/ Le Bûcher de Times Square, de Coover”


  1. 1 Fausto Maijstral 30/09/2007 à 09:02

    Cet excellent post me rappelle un commentaire laissé sur Tabula Rasa. Cédric?

  2. 2 Untel 30/09/2007 à 17:55

    D’abord, merci pour le compliment. Ensuite, bah… ouais, j’ai effectivement commis un « commentaire » sur ton magistral blog à ce sujet. Pour l’anecdote, c’est en cherchant quelques infos sur Bolaño que je suis tombé dessus. Tu vois le genre…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




RSS Fric-Frac Club en fusion

  • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.

%d blogueurs aiment cette page :